Histoires personnelles drôles

Ci-dessous quelques histoires drôles qui me sont arrivées :

1. Poste sanglant :

Il y a quelques années, je voulais présenter ma candidature à un poste de Maître de Conférence à l’université de Toulouse. J’ai donc appelé l’université pour avoir des informations sur le poste. La secrétaire m’a alors indiqué le bon numéro de téléphone à appeler que j’ai immédiatement appelé.
– Moi : Bonjour Monsieur, je vous appelle au sujet du poste de Maître de Conférence no 1600.
– Monsieur : Pardon, vous dites au sujet de quoi ?
– Moi : Au sujet du poste de Maître de Conférence en informatique no 1600 ouvert cette année à Toulouse. Je voudrais avoir des informations sur le profil recherché.
– Monsieur : Vous dites que c’est ouvert à Toulouse cette année, mais où exactement ?
– Moi : Chez vous en principe, vous pourriez me donner plus d’informations sur le poste ?
– Monsieur : ce poste est ouvert chez nous vous dites ?
– Moi : Oui il est annoncé dans le journal officiel sous le no 1600
– Monsieur : Je vous avoue que je ne vois pas de quel poste vous parlez !
– Moi : Suis-je bien à l’université de Toulouse ?
– Monsieur : Mais non Monsieur, vous appelez une boucherie à Toulouse …

2. Singin’ in the rain …

La veille de la soutenance de ma thèse de doctorat, en fin de journée, je suis rentré très fatigué du centre de recherche. Il pleuvait beaucoup. Sur mon chemin, je suis passé au super-marché pour acheter quelque chose. A l’entrée du magasin, les hôtesses riaient en me voyant entrer. Je ne faisais pas attention, je pensais à ma thèse du lendemain et j’avançais à l’intérieur du magasin. Mais je semblais faire rire tous ceux qui me voyaient. Je commençais bien entendu à me poser des questions. J’ai regardé discrètement certains détails (braguette, chaussures, pantalon, …). Tout avait l’air correct. Cependant, plus j’avançais dans les rayons du magasin et plus de gens riaient en me regardant. Cela commençait à me gêner sérieusement. Et enfin, j’ai compris … J’étais sous mon parapluie !

3. Les expressions françaises … pas faciles au début :

Juste quelques jours après mon arrivée en France, nous avons été invités à boire un verre chez un collègue. Les collègues commençaient à arriver les uns après les autres, mais pas encore Geneviève. Il s’agissait de notre secrétaire très bien éduquée mais très très très susceptible. Au moment où elle est arrivée, je voulais lui dire un mot gentil et courtois comme « Enfin, il ne maquait plus que ta présence pour combler cette belle réunion de collègues » , mais comme je ne maitrisais pas encore les expressions françaises, je lui ai dit la même chose mais d’une autre façon : « Ah! Geneviève est arrivée, il ne manquait plus que ça …  » .

4. La tour de Montparnasse :

Un jour, en passant devant la tour de Montparnasse, ma fille aînée, alors âgée de 2 ans m’a demandé : « c’est quoi cette maison ? ». Je lui ai répondu : « c’est la tour de Montparnasse ». Elle m’a alors dit : « Elle est grande la tour de Ton Parnasse ! » .

5. Ton salaire … tout de suite !

Un jour, ma fille cadette, alors âgée de 3 ans, m’a demandé de ne pas aller au travail et de rester à la maison. Je lui ai dit que je devais aller au travail pour gagner de l’argent . Elle a insisté pour que je reste à la maison ce jour-là. Je lui ai alors expliqué que j’avais besoin d’aller au travail pour gagner de l’argent afin que nous puissions acheter de la nourriture, des jouets, etc. Elle m’a alors dit : « OK, va au travail, prend l’argent et reviens tout de suite ! » .

6. Deux jolies filles blondes toutes nues à Guingamp

Un jour d’été à Guingamp, à ma grande surprise, j’ai croisé deux jolies filles blondes, entièrement nues, circulant dans une voiture Cadillac décapotable. Heureusement que j’ai eu le réflexe de sortir mon téléphone muni d’un appareil photo.  Vous ne me croyez pas bien sûr, alors regardez la photo ici :  http://www.malek-boualem.com/2015/03/04/photo-summer/

6. Café déca …

Cet été, mon fils m’a fait rire aux éclats au moment de boire un café déca. En fait, il a toujours pensé que « déca » voulait dire « décapotable » !

Malek Boualem